Les portes d'Eliandre

Entrez en ce lieu magique et féerique vous qui aimez les Fées, les Elfes, les vampires, sorcières.Les illustrations,les légendes de merlin à Mélusine,l'univers de Tolkien, livres, films et séries et l'art sous toutes ses formes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Belle Dame sans Merci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olothiel
Porteuse de Lumière
Porteuse de Lumière
avatar

Féminin Messages : 2017
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 37
Localisation : la vallée d'Eliandre

MessageSujet: La Belle Dame sans Merci   Lun 19 Jan - 13:50

La Belle Dame Sans Merci


Ah ! Qu'est-ce qui peut te faire souffrir, pauvre être,
Errant solitaire et pâle?
Les joncs sont flétris au bord du lac,
Nul oiseau ne chante.

Oh ! Qu'est-ce qui peut te faire souffrir, pauvre être,
Si farouche et si malheureux ?
Le grenier de l'écureuil est plein
Et la moisson est rentrée.

Je vois un lys sur ton front
Moite d'angoisse et de fiévreuse rosée,
Et sur ta joue une rose qui s'effeuille
Commence aussi à se flétrir.

J'ai rencontré une dame dans les prés,
Très belle, la fille d'une fée;
Ses cheveux étaient longs, ses pieds légers,
Et ses yeux sauvages.

Je fis une guirlande pour sa tête,
Et des bracelets, et une ceinture parfumée.
Elle me regardait comme si elle m'aimait
Et poussait une douce plainte.

Je l'assis sur mon coursier paisible
Et ne vis rien d'autre tout le jour;
Car elle se penchait de côté et chantait
Une chanson de fée.

Elle trouva pour moi des racines d'un goût exquis,
Du miel sauvage et une rosée douce comme la manne;
Et sûrement en un langage étrange elle me dit :
- Je t'aime de fidèle amour.

Elle m'entraîna dans sa grotte d'elfe
Là, me contemplant, elle poussa un profond soupir,
Là, je fermai ses yeux égarés et tristes
Et l'embrassai pour l'endormir.

Là, nous sommeillâmes sur la mousse
Et là je rêvai, hélas! hélas!
Le dernier rêve que j'aie jamais rêvé
Sur le flanc de la froide colline.

Je vis des rois pâles et des princes aussi,
De pâles guerriers; tous étaient pâles comme la mort,
Et criaient : - La Belle Dame sans Merci
Te tient en servage.

Je vis dans les ténèbres, leurs lèvres affamées
Grandes ouvertes pour faire peur et m'avertir;
Et je m'éveillai et me trouvai ici
Sur le flanc de la froide colline.

Et voilà pourquoi je demeure ici,
Errant, solitaire et pâle,
Bien que les joncs soient flétris au bord du lac
Et que nul oiseau ne chante.

John Keats, 1819

_________________

*By Kallindra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesportesdeliandre.forumactif.org
 
La Belle Dame sans Merci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Dame sans terre
» WALTER CRANE (1845-1915)
» Une légende vie a jamais.
» Xibalba (abygaëlle)
» BELLE TAPISSERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les portes d'Eliandre :: Grimoires et bougies :: Mythes et légendes-
Sauter vers: